Le réveil de la vigne au printemps !!!

Le réveil de la vigne au printemps !!!
Au printemps, l’atmosphère se réchauffe et entraîne le réveil des vignes. Celles-ci démarrent un nouveau cycle qui s’achèvera à la fin de l’été, par les vendanges.
Avec la remontée des températures fin mars, la sève va reprendre le chemin des cimes et remonter dans les baguettes qui n’auront pas été coupées, c’est à ce moment qu’on voit parfois des phénomènes de pleurs se produire sur ces dernières (quand la baguette a été écimée et que la sève remonte, celle-ci coule doucement en bout).
Ces pleurs annoncent le débourrement c’est à dire la sortie des premiers bourgeons, tant attendue et redoutée par les viticulteurs. En effet à ce moment-là la vigne est très vulnérable, et le moindre coup de gel ou l’installation d’un ravageur sur les bourgeons peut mettre la prochaine récolte en péril. Cette période est surtout une phase d’observation et de protection, on ne touche pas à la vigne.
Après le débourrement la vigne entre dans un cycle de croissance végétative pendant tout le printemps et l’été et jusqu’à l’amorce des chutes de températures en septembre-octobre.
Les feuilles vont se développer sur les rameaux : leur rôle est double, elles permettent la photosynthèse et la régulation de la température de la vigne grâce à la transpiration de l’eau. Chaque cépage possède une morphologie de feuille particulière, c’est pour ça qu’il est beaucoup plus facile de reconnaître un cépage planté dans une parcelle au printemps qu’en plein hiver !
Avec les feuilles vont aussi se développer les vrilles, ce sont des ramifications qui permettent l’ancrage de la vigne. A la pousse ces vrilles sont herbacées donc souples, ensuite elles se lignifient c’est-à-dire qu’elles deviennent du bois. C’est pour ça qu’il n’est pas toujours aisé de retirer les rameaux du fil de palissage une fois taillés : cela s’appelle le tirage du bois. A partir du printemps le travail du vigneron va consister à contrôler et structurer la croissance de la vigne pour aider le plus possible les futures baies de raisin à atteindre une maturité parfaite pour les vendanges. Ebourgeonnage, épamprage et palissage de la vigne sont les premiers travaux réalisés au démarrage de la croissance.
L’ébourgeonnage, consiste à supprimer tous les bourgeons ou début de rameaux indésirables. Il est en général réalisé quelques semaines après le débourrement. Ce procédé ne peut se faire que manuellement. Quand on supprime des bourgeons ou rameaux issus de la base du cep ou des rejets issus du sol, on parle d’épamprage. Ce désherbage permet de limiter la concurrence entre la vigne et l’herbe pour les nutriments venant du sol.
Une fois l’ébourgeonnage et l’épamprage réalisés les rameaux restants continuent leur croissance, et de mai à juillet vient le moment de les relever et les palisser, c’est à dire les fixer sur les fils et piquets qui guident les rangs de vigne. L’intérêt est d’aider à la croissance de la vigne puis la maturation des raisins en permettant au soleil de mieux atteindre les feuilles.
Un procédé de travail minutieux pour le vigneron afin de pouvoir assurer la meilleure récolte possible !