LE CHAMPAGNE !

Les vignes à l’origine du Champagne poussent dans les sols blancs calcaires d’une petite région près de Reims, à 150kms au nord-est de Paris.

Trois variétés de cépage donnent au Champagne sa qualité particulière : il doit son raffinement et son bouquet au Chardonnay, son corps et sa teneur en alcool au Pinot Noir, sa légèreté et son fruité au Pinot Meunier.

L’élaboration traditionnelle du Champagne se décline en six étapes :

  1. Vins tranquilles (sans bulles) : Passage et 1ère fermentation

En général, les vins tranquilles sont produits comme les autres vins, sachant toutefois que les raisins noirs font l’objet d’un pressurage direct. Pour une qualité supérieure et le style du champagne lui-même, seul le jus issu du premier pressage est utilisé.

  1. Assemblage: Mélange des vins tranquilles

Pour produire un Champagne de qualité constante, d’une décennie à l’autre, adapté au style de la Maison de Champagne, les experts mélangent des vins, voire des millésimes différents en laboratoire dans un premier temps, puis dans de grandes cuves.

  1. Seconde fermentation : liqueur de tirage

Le vin tranquille est mis en bouteille avec du sucre et de la levure (dosage d’embouteillage), posé sur lattes. La seconde fermentation alcoolique augmente le degré d’alcool du vin et donne au Champagne son effervescence. Le vin est stocké en bouteille pour une période de trois à sept ans.

  1. Remuage : Méthode de remuage manuel

Les levures mortes collées aux parois de la bouteille, le cas échéant, sont décollées en inclinant petit à petit  la bouteille et en la plaçant à un angle plus droit de manière à acheminer le sédiment plus près du haut du goulot.

  1. Dégorgement : Élimination de la levure « à la glace »

Les goulots de bouteille sont immergés dans un bac à très basse température  pour congeler le dépôt accumulé qui sera dégorgé sous l’effet de la pression contenue dans la bouteille à son décapsulage.

  1. Insertion du bouchon : Additif

Les bouteilles sont ensuite remplies avec ajout d’additif de sucre dissout dans du vin (dosage final). Les bouteilles sont alors fermées au bouchon, lui-même maintenu par un muselet.