La viticulture biologique.

La viticulture biologique.

Par opposition à la viticulture dite conventionnelle, la viticulture biologique est considérée comme un mode de culture de la vigne sans apports chimiques.

 Les viticulteurs en agriculture biologique n’utilisent généralement que des produits exempts de molécules organiques de synthèse. Le but de cette méthode est avant tout de privilégier la pérennité des espèces végétales et animales ainsi que la vie des sols, ce qui aura pour effet de favoriser l’écosystème naturel.

Ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale, dans les années 60, que l’agriculture biologique apparait en France.

En effet, en 1962 est créée l’AFAB (Association Française pour l’Agriculture Biologique), mais ce n’est qu’au tout début des années 1980 que les premiers décrets et lois sont pris en France pour la création de cahiers des charges
La Communauté Européenne reconnaît officiellement l’agriculture biologique en 1991.
Le nombre de viticulteurs engagés en agriculture biologique ne cesse de progresser.

Le vin bio existe officiellement depuis 2012, avec la reconnaissance du vin bio par l’Europe. Auparavant, il n’existait pas à proprement parler de « vin bio », mais des vins élaborés à partir de raisins « issus de l’agriculture biologique ».
L’objectif de l’agriculture biologique est de respecter la terre, les produits et le consommateur afin de manger sain dans le respect du terroir.

L’agriculture biologique est soumise à un cahier des charges interdisant entre autres l’utilisation d’engrais ou de produits phytosanitaires de synthèse, ou de produits chimiques. Le vigneron qui élabore un « vin bio » essaie de renforcer au maximum les défenses de la vigne pour limiter les traitements. 3 ans minimum sont nécessaires pour obtenir la certification BIO.

Le soufre est autorisé à des doses légèrement inférieures aux doses de soufre dans le conventionnel (30 à 50 mg en moins). Il est faux de penser que vin bio est égal à vin sans soufre.

 

Les organismes de certification sont en charge de contrôler les vignobles au nom des pouvoirs publics et de valider le respect de la réglementation française et européenne concernant le bio.

Le Label appartient au Ministère de l’agriculture : il garantit que l’aliment est composé d’au moins 95 % d’ingrédients issus du mode de production biologique. Vous trouvez ce label sur certains vins bio mais il n’est pas systématique.